• Lysanne Boileau

Après la pluie, le beau temps

J’ai souvent dans ma vie lâché des cris du cœur parce que j’étais brisée. J’ai eu de la difficulté à me relever suite à certains échecs tels qu’une séparation difficile, une perte d’emploi, un manque de confiance en moi et en la vie… Bref j’avais une multitude de bobos; au corps, à l’âme et au cœur. Mais aujourd’hui si j’écris, c’est pour dire que je vais bien. Naturellement, il n’y a rien de parfait, mais tout s’embellit un peu plus chaque jour. J’ai repris mon souffle, je respire mieux (même avec un masque)!

J’ai envie qu’on passe le mot, qu’on donne de l’espoir aux gens qui en ont besoin présentement. La vie met parfois des épreuves qui nous semblent insurmontables sur notre parcours, mais baisser les bras n’est pas, et ne sera jamais la solution.

Crédit photo : Emma Peneder - Unsplash Pour ma part, j’ai l’impression que dans les dernières années j’étais vraiment perdue. Je pensais beaucoup aux autres et je m’oubliais peu à peu, je n’arrivais plus à me souvenir de ce que moi j’aimais faire et de ce qui pouvait me faire plaisir.


Quand on a des enfants, ils deviennent notre priorité et c’est merveilleux. Mais, il ne faut pas oublier qu’avant leur arrivée, on existait nous aussi; et qu’une soirée vino entre girls ça nous faisait plaisir, que de magasiner des vêtements pour nous c’était agréable. Après ma rupture, peut-être par culpabilité, j’ai voulu donner mon 200% dans mon rôle de mère. Dans mon élan, j’ai malheureusement oublié l’essentiel. J’ai oublié que pour être une bonne maman, je devais moi-même d’abord et avant tout être heureuse moi aussi. J’avais le droit, et j’avais besoin de temps pour moi. J’ai fini par réaliser que c’est correct de prendre une soirée de repos ici et là, le temps de refaire le plein d’énergie.


Je pense que pour être heureux et se sentir en ‘mode réussite’, on doit se mettre des buts et des objectifs réalisables, que ce soit au quotidien ou à plus long terme, en autant que le tout soit possible et réaliste.

Pour d’arriver à l’état d’esprit dans lequel je me sens maintenant, j’ai dû lâcher prise.


J’ai appris à accepter mon reflet dans le miroir. Je dis accepter, parce que non, je ne l’aime pas encore, et c’est correct. Je n’ai pas vraiment envie de l’aimer, j’ai envie de tranquillement le modifier. On dirait que je voulais me réveiller un beau matin et avoir perdu 120 livres durant la nuit… Maintenant, je suis satisfaite quand c’est 1 ou 2 livres par semaine. Je me dis qu’un jour je serai où j’ai vraiment envie d’être. Comme on dit: « lentement mais sûrement ».

Outre mon struggle avec mon apparence, j’étais aussi souvent préoccupée par mon statut amoureux et les drôles de rencontres que je faisais. Après être tombée sur plusieurs jambons, j’ai finalement rencontré un homme bon, une personne qui ne me tirait pas de jus. Dans mes relations antérieures, j’avais l’impression de toujours trimballer tous les problèmes de mes ‘fréquentations/chums’ sur mes épaules. J’avais du mal à avancer et à m’épanouir personnellement parce que Je sentais toujours une lourdeur.


Là, c’est tout le contraire. Mon copain est venu me prendre par la main pour m’aider à aller plus loin. Il est doux et patient, il m’encourage quand j’ai des projets et il est toujours partant pour tout. Surtout il s’investit, pas juste avec moi, mais aussi avec mon enfant. Il s’implique dans son nouveau rôle et ça fait vraiment du bien d’avoir une personne sur qui je peux réellement compter.


D’ailleurs, il a su m’épauler durant une année de travail assez mouvementée. Il aurait très bien pu partir en courant, mais il voyait mon potentiel et au fond de lui il savait que je finirais par trouver ma place.

Et c’est là que je suis rendue. Je suis heureuse de dire que j’ai maintenant un emploi qui me motive, au sein duquel je pourrai continuer à me développer en tant que gestionnaire. Il y a une belle possibilité d’avancement et les commentaires positifs que je reçois m’encouragent à penser plus loin et à me fixer des nouveaux objectifs.


Comme tout le monde, je rêve quand même de gagner le gros lot, mais en attendant, au moins j’ai trouvé une alternative qui répond à mes besoins.

Tout ça pour dire, que toi qui as le cœur brisé, toi qui viens de perdre ta job ou qui ne sait pas trop dans quel domaine d’études te lancer, toi qui penses que demain ne t’apportera rien de bon… Change-toi les idées, PROFITE DE LA VIE, crée-toi des petits bonheurs. Tu es la seule personne responsable de ton destin: FONCE!


Lève-toi le matin en te disant: « Aujourd’hui je suis capable ». Tu vas voir, bientôt il va faire soleil.

Crédit photo : Thierry Chastagner - Unsplash

187 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout