• Emilie Carrière

Yesterday

Mis à jour : 13 juin 2020


J’ai cette mélodie en tête depuis des jours, donc après l’avoir écoutée en boucle du matin au soir, elle m’a inspirée sur la situation actuelle que nous vivons tous. Rassurez-vous, loin de moi l’idée de critiquer ou commenter un classique planétaire du rock comme les Beatles. Les premières notes de leur chanson ont en revanche, éveillé une réaction chez moi.


Yesterday, all my troubles seemed so far away

Now it looks as though they’re here to stay

Oh, I believe in yesterday’


Il est vrai que l’heure est grave, pour ne pas dire complètement irréaliste. Des gens qui meurent, qui ont peur et qui souffrent. Une crise économique planétaire, des frontières qui se ferment, des emplois qui se perdent, les entreprises se désertent pendant que les hôpitaux se remplissent. Sans parler de l’angoisse financière pour plusieurs et la folie qui s’empare de nos codes de conduite. Le chaos dans les quatre coins du globe.

Réussir à voir du bon à travers toute cette perturbation?! Curieusement, peut-être que certains me trouveront désillusionnée, mais on peut y arriver.

Jamais je n’oserais prétendre que cette situation est une bonne chose, mais plutôt qu’il est possible d’en sortir de bonnes choses malgré son côté sombre.

La nuance s’impose.

Plusieurs facteurs nous échappent et nous forcent à jongler avec une situation imposée, dans laquelle nous sommes tous complètement impuissants.

Étant donné que je ne peux pas à moi seule créer un vaccin, maintenir la santé financière de nombreux marchés, ou avoir un impact sur les décisions gouvernementales, ma participation à cette crise se résumera à appliquer, du mieux que je peux, les facteurs que je peux moi-même contrôler : limiter la propagation en étant responsable et consciente et adopter une attitude positive. C’est le mieux qu’on peut faire pour l’instant. Et je suis franchement contente de constater que plusieurs d’entre vous, avez également opté pour cette attitude et cette manière brillante d’absorber le coup!





Il est vrai qu’on a vu défiler des vidéos épouvantables, des statistiques inquiétantes et des mauvaises nouvelles à la tonne. Mais si on choisissait de voir, de propager et de sourire à toutes les nouvelles transformations qui parcourent nos vies, ne serait-t-il pas plus efficace de jeter son dévolu sur les bons côtés pour surmonter tout ça ensemble?!

Il pleut des arc-en-ciels à profusion sur le visage de nos enfants, dans les fenêtres et devant nos portes. Les personnes âgées font des vidéos tordantes et deviennent les vedettes du web. Les artistes sensibilisent les gens pour passer le message, de toutes les façons les plus niaiseuses possible! Un mardi matin à faire du camping en famille dans le salon et écouter des films de Disney, mais pourquoi pas? On fait du yoga dans la cuisine et des cours de groupe en ligne pour garder notre santé physique et mentale. On évite les voyagements en faisant du télétravail et on apprécie le confort de sa maison. On colorie, on fait de la peinture, on reste en pyjama et on ose même faire une sieste dans l’après-midi. On prend la soirée pour jouer à des jeux, on dévore des romans et des téléséries qu’on n’a jamais eu le temps de finir. On boit du vin en amoureux, tout en dégustant une nouvelle recette qu’on avait jamais le temps de mettre au point! On va dehors, on court, on prend l’air et on sourit au printemps qui se pointe doucement le bout du nez. Les mères reprennent leur souffle et les hommes en profitent pour finaliser des petites rénovations qui trainent depuis des mois. Les couples et les familles solidifient leurs complicités et les maisons n’auront jamais été aussi propres. On travaille sur nos projets personnels, on renoue avec notre créativité et on reconnecte peut-être avec des rêves recouverts de poussières. On fait du bénévolat et on apporte notre aide dans les milieux débordés. Les citoyens deviennent plus empathiques et plus soudés. On félicite notre gouvernement québécois et la société se transforme tranquillement.

Sentir qu’on profite plus de notre vie en étant confiner à la maison, ironique non?! Le mode survie va-t-il nous permettre de se reconnecter avec soi-même, de découvrir une nouvelle passion, d’apprécier tous ces moments en famille et d’évoluer en tant que société?

La situation est grave et elle n’est surtout pas à prendre à la légère. Mais comme je le mentionnais plus tôt, personne ne peut contrôler les conséquences de cette crise. En revanche, nous pouvons accepter ce petit répit et utiliser tout ce temps imposé pour faire de grands changements.

Soyez vigilants, gardez espoir, regardez vers l’avant et continuez de propager à votre façon, le positivisme collectif si nécessaire dans le moment.

Oh, I believe in tomorrow…

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout