• Karine Boileau

LE PROJET B.

Mis à jour : 15 juin 2020

Je n’en peux plus de rester les bras croisés. J’ai trop d’idées. Je connais trop de femmes inspirantes, pleines de ressources, qui ne vivent pas tout à fait leur vie de rêve. Trop de femmes, comme moi, avec un potentiel de fou, qui restent là à jouer les spectatrices alors que d’autres mènent le bal. Des fois c’est par choix, mais souvent c’est par manque de ressources, par peur, par fatigue.


On pense qu’il faut être extraordinaire pour réussir, pour s’accomplir. L’histoire, c’est qu’on l’est déjà. On a tous un petit ‘spark’ particulier, magique, qui nous dissocie et nous rend incroyablement spéciale à notre façon. On n’a pas besoin de rien prouver à qui que ce soit (et surtout pas à soi-même), on a juste besoin de se donner une chance. Une vraie.


Ce que je me rends de plus en plus compte ces temps-ci, c’est que tout le monde a besoin de se sentir connecté, soudé. Tout le monde a besoin de sentir qu’on appartient, à un groupe, à une communauté. On a besoin de se sentir motivé, supporté et validé.


C’est pas pour rien qu’on adhère à toutes sortes de principes, d’idéaux. On achète massivement, on se tient informé. On embarque dans une quantité inimaginable de mouvements parce qu’on veut sentir qu’on fait partie du groupe, et ironiquement même, de la majorité. Et ultimement, au fond, on cherche tous à faire une différence, à faire notre part. On veut être du bon côté, on souhaite contribuer positivement à faire bouger les choses… Mais la réalité c’est que trop souvent on se sent petit, dépassé, des fois même étouffé, pogné.

Et c’est là que j’aimerais tellement que ma petite magie à moi entre en jeu. Je rêve… Je brainstorm… Je meurs d’envie de créer un mouvement, une communauté, où on célèbre l’imperfection. Où on motive, où on accompagne et où on se challenge en s’acceptant avec toutes nos facettes, nos étiquettes et nos contradictions.

En ce moment, professionnellement, je suis dans une genre d’impasse. Ma vie a été complètement chamboulée. Mon plan de match a pris le bord et c’est 'ben correct'. Parce que ça a réveillé quelque chose qui sommeillait en moi depuis tellement longtemps... même quand je prétendais vivre ma vie de rêve avec mon fabuleux métier d’agent de bord, il me manquait quelque chose.

Et c’est ça. C’est là la réponse. Le sentiment de communauté et le sentiment d’accomplissement. La fierté d’appartenir, de stimuler, de motiver. De donner le meilleur de soi-même et d’aider les autres à faire de même.


C’est de ça dont j’ai envie avec Version B. J’ai envie d’organiser des événements où on se pousse et on s’active de 1001 façons différentes, ensemble. Je rêve de gagner ma vie en créant des journées fabuleuses de ressourcement où on mélange le boot camp à des ateliers de confiance en soi, où on prend le temps de faire une belle méditation de pleine-conscience avant de se déboucher un Sauvignon Blanc au beau milieu de l’après-midi. J’ai envie qu’on se claque un jogging un petit groupe ensemble avant de revenir et se pitcher dans l’eau toute habillée parce qu’il y en a une qui a dit « t’es pas game » ! J’ai envie qu’on fasse des exploser des feux d’artifices après avoir parlé de compostage, qu’on joue à une version adulte de ‘vérité/conséquences’ juste pour rire ou pour crever des abcès, qu'on fasse du yoga, des moments d'introspection et qu'on se concocte des desserts décadents dans lesquels on finit par s'empiffrer sans culpabilité, juste par pur plaisir! J’ai envie qu’on se mette à nu; qu’on se parle des vraies affaires dans un espace sans jugement; qu’on soit authentique, transparente et accessible, qu’on aborde toutes sortes de sujets parce que ça fait partie de la vie... Qu’on parle d’amitié, de deuil, de maternité, de nos problèmes financiers ou familiaux, et qu’on se donne des outils pour passer au travers, main dans la main.

J’ai envie de réunir des groupes de femmes pour qu’on se claque des grosses journées de bénévolat ensemble pour des causes qui nous tiennent à coeur. Qu’on chiale sur nos boss ou notre cellulite, mais qu’on se rappelle à l’ordre quand c’est le temps, et qu’on se pousse à être la meilleure version de nous-mêmes. Each day, everyday.


J’ai envie qu’on unisse nos forces et qu’on accepte nos faiblesses; qu’on fasse une différence ensemble, parce que toute seule c’est pas toujours évident.

Je veux qu’on arrête de se taper sur la tête à essayer d’être parfaite tout le temps et qu'on célèbre notre humanité. Dans mon coeur, tout ce que je souhaite c’est de participer à créer un monde encore plus beau, coloré et inspirant pour nous-mêmes et pour nos enfants. J'aimerais leur montrer que si on est bien entouré, si on s’entraide et on se soutient, on peut faire n’importe quoi.

Je me rends bien compte que je ne pourrai pas passer la moitié de ma vie sur le chômage et l’autre moitié à attendre que l’aviation reparte en forces. J’ai besoin de mettre un pied devant l’autre pour me faire du bien et pour partager tout ce qu'il y a de bon en moi. J’ai envie de m’accomplir en aidant d’autres femmes comme moi à faire leur place, à se sentir bien dans leur peau et dans leur tête. J’ai envie de partager mon énergie, mon dynamisme et mon amour de la vie.


J’ai un terrain de 34 000 pieds carrés sur le bord d’un lac qui attend juste qu’on l’inaugure avec un merveilleux party ‘bien-être’ et qu'on organise toutes sortes de retraites funky. Alors, on fait ça quand?


Êtes-vous game les filles? Êtes-vous prêtes? (On va respecter les normes de distanciation en vigueur, no worries!)

Pour vrai. Let’s rise together. It’s about time to shine.



291 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout